Rechercher
  • SSBSANTE

Combien de vaccins, avec combien de doses? On fait le point sur la course à la vaccination ...

Le vaccin Johnson & Johnson pourrait être approuvé dès vendredi aux Etats-Unis, avant une décision en Europe le mois prochain. Il s'agirait du quatrième vaccin livré à la France, tandis que les autres tentent déjà de s'adapter aux variants du coronavirus.


Un nouveau vaccin bientôt mis sur le marché. Aux Etats-Unis, l'agence des médicaments se penche vendredi sur l'homologation du vaccin élaboré par le géant pharmaceutique américain Johnson & Johnson. Un feu vert est plus que probable, les autorités américaines ayant déjà confirmé l'efficacité du remède contre le Covid-19, y compris contre des variants, sur la base des données des essais cliniques. Ce nouveau sérum, appelé aussi Janssen (la filiale de Johnson & Johnson), est singulier par rapport aux autres déjà en circulation : il ne nécessite qu'une seule injection et n'a pas à être stocké à de très basses températures, comme les vaccins à ARN messager. A ce stade, seule l'Afrique du Sud a décidé de l'administrer à sa population, depuis la semaine dernière. Après l'aval américain, les choses devraient aller vite pour l'UE : Johnson & Johnson a déjà déposé une demande d'autorisation auprès de l'Agence européenne des médicaments (EMA) pour une décision attendue en mars. Le quatrième attendu en France. On compte aujourd'hui au moins 11 vaccins dans le monde.

  • Les ARN de l'américano-allemand Pfizer-BioNTech et de l'américain Modernaainsi que l'anglo-suédois AstraZeneca conçu avec Oxford sont actuellement administrés en France, et plus globalement dans l'ensemble de l'UE.

  • La Chine a développé de son côté quatre vaccins. Deux du laboratoire Sinopharm : le premier est déjà administré notamment aux Emirats, au Bahreïn, en Egypte ou en Serbie tandis que le second, issu d'une filiale, l'Institut de Produits biologiques de Wuhan, vient d'être approuvé. Mais aussi un de Sinovac, qui est utilisé en Indonésie, au Brésil et en Turquie, et un dernier, de CanSino, qui vient d'être autorisé au Mexique mais n'y est pas encore administré.

  • La Russie compte sur son propre vaccin Spoutnik V, distribué en Argentine, en Iran, en Algérie ou encore au Venezuela. Mais en administre aussi depuis peu un second, EpiVacCorona, conçu par le laboratoire Vektor.

  • L'Inde s'appuie, outre l'AstraZeneca, sur le vaccin national de Bharat Biotech.

  • L'Américain Johnson & Johnson est donc le onzième recensé.

La France en capacité de vacciner près de 18 millions de personnes fin avril.Selon le calendrier prévisionnel de la Direction générale de la Santé communiqué jeudi au JDD, mis à jour au 23 février, la France table sur une première livraison de 2,7 millions de doses de Johnson & Johnson au mois d'avril. Associé aux plus de 32 millions de doses attendues à la même échéance de la part des trois autres vaccins (qui nécessitent deux doses par patient), le pays pourrait être en capacité de vacciner 17,8 millions de personnes à cette date, en retenant un taux de perte de 5%. Soit le nombre de "personnes à risque" estimées en France par le conseil scientifique. Ce calendrier reste prévisionnel et dépend des délais d'approbation des autorités sanitaires et ceux de livraison promis par les laboratoires. La France a d'ailleurs déjà dû revoir à la baisse ses ambitions de vaccination, notamment avec les retards évoqués par AstraZeneca. A noter qu'un cinquième vaccin est attendu en France dès le mois de mai, celui à ARN messager de l'allemand CureVac. Il pourrait être suivi par l'américain Novavax voire du franco-autrichien Valneva, dont le niveau de livraisons est toujours en cours de négociation au niveau européen. A date, la France espère être en capacité de vacciner 40,7 millions de personnes à la fin juin. Une troisième dose face aux variants? L'évolution de la situation épidémique force les laboratoires à s'adapter, et notamment à trouver la meilleure parade face aux variants qui pourraient affaiblir l'efficacité de leurs produits. L'entreprise Moderna a ainsi annoncé mercredi avoir développé une version modifiée de son vaccin, conçue pour cibler le variant sud-africain. Cette nouvelle formule est prête à être testée sur des humains dans le cadre d'essais cliniques. La société américaine envisage par ailleurs plusieurs options afin de renforcer la protection immunitaire de son vaccin, dont l'une serait d'ajouter une troisième dose au vaccin initial. C'est également la piste suivie par Pfizer et BioNTech, qui ont indiqué jeudi "étudier (les effets) d'une troisième dose du vaccin" pour combattre les variants. Il s'agit en l'état d'une précaution : ces deux entreprises ont en effet précisé n'avoir pas observé de changement dans les "niveaux d'anticorps" après injection de la formule initiale de leur vaccin face aux variants. Les vaccins distribués en Europe sont pour l'heure tous jugés efficaces pour lutter contre les formes les plus graves de la maladie. Et, bonne nouvelle, le Johnson & Johnson se révèle lui aussi être efficace dans les pays où les variants sont largement répandus, à 81,7% en Afrique du Sud et 87,6% au Brésil (contre 85,9% aux Etats-Unis).

  • Par Arnaud Focraud. Journal du Dimanche

3 vues0 commentaire

SSB SANTÉ 

Département de  SSB DEVELOPEMENT  

SAS au Capital de 100 000 €

SIRET: 833 474 885 000 21

N° TVA Intracommunautaire: FR 868 334 748 85

localisation du siège social
localisation du bureau commercial

Siège Social 

9, Rue de l'Église, 92 800 Puteaux

Stéphane Bastok

+ 33 6 65 19 79 73 

Bureau Commercial

62, Bd de Courcelles 75 017 Paris

Sacha Bastok/Leslie Mangnez 

+33 1 47 45 07 59

contact@ssbsante.fr

  • Noir LinkedIn Icône
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon

© 2021 par SSB DEVELOPMENT